À 9 mois du bonheur Grossesse

Peut-on avoir un bébé avec Hashimoto ?

cou-thyroide

Parmi mes différentes particularités, parlons aujourd’hui de ma thyroïdite de Hashimoto : une pathologie peu connue et pourtant pas facile à vivre.

Les présentations

Comme je l’écrivais dans mon premier article intitulé « J’ai des ovaires micropolykystiques », je suis atteinte d’une thyroïdite, c’est-à-dire d’une inflammation de la thyroïde, cette petite glande en forme de papillon située à la base du cou (bon à savoir : tous les termes médicaux se terminant par « ite » désignent une inflammation 😉). Il existe plusieurs types de thyroïdites, mais la mienne se prénomme Hashimoto, mignon non ?! Japonisant, disons…

Il s’agit d’une maladie auto-immune : mon propre organisme produit des anticorps dirigés contre mes cellules thyroïdiennes. Comme s’il ne les reconnaissait pas, comme s’il les considérait comme étrangères (pas d’bol !). C’est le même processus que pour le diabète de type 1, maladie plus connue, où l’organisme détruit certaines cellules du pancréas. Ma thyroïde ne produit alors plus assez d’hormones qui sont pourtant essentielles, car elles contrôlent l’énergie musculaire et la température du corps, modifient l’humeur, agissent sur le rythme cardiaque, la motricité du tube digestif, etc. Et mon organisme tourne au ralenti.

Le diagnostic

J’ai consulté mon médecin généraliste en 2012 (j’avais 24 ans), car je me sentais très fatiguée. À plusieurs reprises, lorsque je me levais la nuit, j’étais au bord de l’évanouissement, trop faible. Même sensation lorsque j’étais dans une soirée, au milieu de la foule, dans une chaleur étouffante. L’une de mes amies m’avait alors conseillé de faire une prise de sang, peut-être que je manquais de quelque chose. Et j’ai eu raison de l’écouter ! Une prise de sang et une échographie de ma thyroïde ont suffi pour poser le diagnostic. Ma production d’hormones thyroïdiennes étant insuffisante (hypothyroïdie), un traitement par lévothyroxine a été mis en place pour compenser (me voilà donc obligée de prendre un comprimé par jour, à vie 😞). Depuis, je fais des prises de sang de contrôle régulièrement et le dosage du médicament est adapté en fonction des résultats.

Une grossesse avec Hashimoto est-elle envisageable ?

Avant

Une grossesse avec une thyroïdite de Hashimoto est tout à fait possible. Mais, avant de l’envisager, il est impératif que le traitement soit bien équilibré, c’est-à-dire que les contrôles sanguins soient corrects. Ça permet de mettre toutes les chances de son côté pour que la grossesse démarre bien et d’éviter, entre autres, une éventuelle fausse couche.

Pendant

Les besoins en hormones thyroïdiennes, et donc leur production, augmentent pendant la grossesse et particulièrement pendant le premier trimestre. Durant cette période, le fœtus est totalement dépendant de la production hormonale de sa maman, puis il l’est partiellement, car sa propre thyroïde commence à fonctionner. Ainsi, chez les jeunes femmes présentant une hypothyroïdie et traitées par lévothyroxine, les doses prescrites doivent être adaptées au stade de la grossesse et aux résultats des contrôles hormonaux sanguins.

Le dosage de mon traitement a donc été progressivement augmenté au cours de ma grossesse pour couvrir les besoins de mini M. et moi.

Après

Je suis passée par une phase d’hyperthyroïdie (la grossesse est vraiment une période de profonds bouleversements pour le corps 🙄). Mon médecin généraliste a alors suspendu mon traitement en attendant que la situation revienne à la normale, enfin en attendant que je retombe en hypothyroïdie !

J’ai donc pu avoir un bébé avec ce cher Hashimoto et il ne m’a pas vraiment embêtée pendant ma grossesse ! Les contrôles sanguins étaient plus nombreux, mais j’ai l’habitude des piqûres ! C’était quand même une source de stress supplémentaire : ai-je assez d’hormones pour le bon développement de mon bébé ? Le dosage de mon traitement est-il adapté ? Ce dernier est-il totalement inoffensif pour mon bébé ? La liste de mes angoisses spéciales grossesse s’est donc un peu allongée. 😊

 

Et vous, avez-vous eu des soucis de thyroïde avant, pendant ou après votre grossesse ?

 

papillon-thyroide

© banclinicitzeer – Pixabay

Vous pourriez aussi aimer

11 Commentaires

  • Picou
    23 octobre 2017 at 11 h 13 min

    Ca doit quand même être stressant, tu devais te demander si la dose était suffisamment bien ajustée presque au quotidien, pour ton bébé…En tout cas ton partage d’expérience aidera sûrement les mamans dans le même cas!

  • Maman pavlova
    27 octobre 2017 at 11 h 57 min

    Entre ca et les opk tu étais pas gâtée ma belle 🙁

  • Catou81
    13 mars 2018 at 9 h 21 min

    Diagnostiquée Hashimoto hier et en projet bébé ton article m’a fait beaucoup de bien , j’espère que tout se passera pour le mieux 🙂
    Merci
    Une jeune Hashimoto

    • Plume de maman
      13 mars 2018 at 10 h 44 min

      Oh merci pour ton message 😊 Tout va bien se passer ne t’inquiètes pas ! L’important est de trouver un équilibre avec le bon dosage de traitement et bébé arrivera 😉

  • Karima
    22 août 2018 at 14 h 25 min

    Bonjour,
    Merci pour ces riches Infos, moi aussi j so la maladie hachimoto er j so tombé enceinte ça fait 6 semaines , aujourdhui j so passé chez min medicin apres avoir fait des analyses on a trouvé que le Niveau de Tsh est de 5,31 il m a conseillé de visited in spacialiste pour augmenter le thyroxin, ce que m a engoissé c est que j ai Peur que le bebe Prut avoir des mal construction corporel.

  • Yayounette
    21 septembre 2018 at 14 h 55 min

    Bonjour,
    On m’a diagnostiquée la maladie d’hashimoto il y a 1 mois alors que j’avais commencé les essais bébé depuis 4-5 mois.
    Je suis tombée enceinte au moment du diagnostic, je suis à 4 semaines de grossesse aujourd’hui… Alors que mon taux n’est pas tout à fait stabilisé (j’ai commencé le levothyrox au même moment…)
    Malgré le suivi de mon endocrinologue qui est super chouette et à l’écoute, et malgré le fait qu’elle m’ait rassurée… j’ai du mal à vivre sereinement ce début de grossesse à cause du stress de la fausse couche.
    Votre article m’a rassuré car il est plus facile de tomber sur des articles négatifs…
    Est-ce que ton taux était stabilisé au tout début de ta grossesse ?
    Est-ce qu’on t’avais donné des conseils pour le risque de fausse couche ?

    En tout cas merci pour ce beau témoignage, qui m’a redonné le sourire 🙂

    • Plume de maman
      22 septembre 2018 at 14 h 20 min

      Oh merci, ça me fait plaisir que mon article t’ait rassurée 😊
      Mon taux était stabilisé au moment de ma grossesse, car j’étais diagnostiquée Hashimoto depuis longtemps. Mais le traitement a été vite augmenté pour combler les besoins de bébé et moi. Si mes souvenirs sont bons, on ne m’a pas du tout parlé du risque de fausse couche en rapport avec la maladie. Et heureusement, car j’aurais aussi été plus anxieuse ! Mais si tu es bien suivie, il n’y a pas de raison, le traitement fait son travail, le principal est qu’il soit suffisamment dosé pour vous deux (ce que vérifient les prises de sang). Essaie de ne pas y penser (je sais c’est dur !) et tout va bien se passer. Profite bien de ta grossesse et toutes mes félicitations. 😉

      • Aninat Anne-Lise
        25 septembre 2018 at 9 h 31 min

        Merci pour ta réponse 🙂
        J’ai une nouvelle prise de sang dans 10 jours. Je croise les doigts !

  • Allaa
    25 septembre 2018 at 19 h 53 min

    Merci pour ton article. Tu me rassure je ss malade aussi comme toi et j ai fais une fauuse couche ca fais presque 3 mois et j ai peur de refaire une autre mais ton article ma rendue la joie

  • Laisser un commentaire