À 9 mois du bonheur Accouchement

Accouchement : comment s’y préparer ?

femme-enceinte-coeur

« Accouchement : action de mettre un enfant au monde ». D’après le dictionnaire, ça a l’air plutôt simple. Mais dans les faits, c’est quand même une sacrée expérience ! Alors, comment s’y préparer ?

Quand on a des amies mamans, on a forcément entendu quelques récits d’accouchement. Comme vous l’avez découvert dans le post «Et papa alors ?», monsieur J. a 34 ans (et moi seulement 29, mais plus pour longtemps 😫). Nous avons donc, de son côté, beaucoup de copains devenus parents avant nous. Alors des histoires, j’en avais entendu avant de tomber enceinte ! Ce qui ne me gênait pas, car je voulais en savoir le plus possible sur cet acte si mystérieux pour une primipare (NDLR Une femme qui accouche pour la première fois). Il y a celles pour qui ça s’était très bien passé, que je découvrais assises en tailleur sur leur lit d’hôpital le lendemain du jour J, fraîches et souriantes. Et il y a celles pour qui ce n’était pas le cas, celles qui en bavaient, avec leur mine fatiguée empreinte de douleur.

Avant de tomber enceinte, je n’y pensais pas trop, mais dès que ce fut le cas, j’ai réalisé que oui, moi aussi j’allais devoir accoucher. Maintenant qu’il était là, il allait bien falloir le faire sortir. J’ai donc voulu me préparer au mieux à cette épreuve (et pour moi, ça a vraiment été une épreuve !).

Les cours de préparation à la naissance

Dans les conversations de mes amies mamans (qui à l’époque me saoulaient avec leurs histoires de bébé 😁), j’avais beaucoup entendu parler d’une « super » sage-femme proposant des cours de préparation à la naissance. Presque toutes avaient préparé leur accouchement avec elle. J’avais donc choisi d’en faire de même.

Adepte de l’homéopathie et de l’aromathérapie, cette sage-femme, maman de quatre enfants (dont des jumeaux !), propose des cours théoriques suivis de séances de balnéothérapie. Le tout dans un cabinet cosy et chaleureux annexé à sa maison (on est loin de l’atmosphère hospitalière). Je me suis donc inscrite à ses cours avec au programme huit rendez-vous collectifs. J’ai pu y rencontrer des mamans novices, comme moi, et d’autres, plus expérimentées, qui nous ont fait profiter de leurs connaissances. Les sujets abordés par la sage-femme ont pour objectif de préparer les mamans à l’accouchement, mais également au retour à la maison (coliques et reflux de bébé, prévention du baby-blues, allaitement, suites de couches, etc.). Ses prescriptions homéopathiques, notamment pour faciliter le travail, sont également d’une grande aide !

J’ai appris beaucoup et je me suis sentie moins perdue/anxieuse à mon arrivée à la clinique. J’avais déjà une idée un peu plus claire du déroulement des évènements en salle de naissance et des situations d’urgence auxquelles je pouvais avoir à faire face (ce qui a été très utile dans mon cas !). En revanche, je ne savais pas du tout comment accoucher. La sage-femme nous avait montré rapidement à la fin d’un cours quelques positions et deux techniques de respiration, mais nous avait dit que, de toute façon, chaque équipe avait ses préférences et qu’on m’expliquerait en temps voulu comment procéder. J’ai regretté ce point lorsque le gynécologue m’a reproché de ne pas savoir pousser (oui, je suis tombée sur un c** 😠).

Je pense que c’est important de préparer son accouchement avec une personne bienveillante, à l’écoute de nos peurs. Ça permet de dédramatiser l’accouchement, même si les inquiétudes restent tant que l’on n’a pas connu une salle de naissance. Et même après à mon avis, étant donné que chaque accouchement est différent, impossible de prévoir ce qu’il va se passer.

L’ostéopathie

Plus ma grossesse avançait, plus j’avais mal au dos. J’avais donc consulté un kinésithérapeute qui m’avait conseillé de voir également un ostéopathe pour préparer mon bassin à l’accouchement. Décidément, c’est du boulot d’être enceinte ! J’avais beaucoup entendu mes amies parler d’une praticienne réputée, notamment pour les femmes enceintes et les bébés (comme quoi ça sert de passer la dernière !). J’ai donc pris rendez-vous avec elle. Moi qui n’avais jamais testé l’ostéopathie, je n’ai pas été déçue ! Elle m’a fait craquer dans tous les sens et j’avoue que, étant enceinte, j’étais assez impressionnée. Bon après, connaissant sa réputation, je n’étais pas inquiète. Cette séance a permis de tester les bonnes mobilités utérines, viscérales, ligamentaires, mais également de l’ensemble de la colonne et surtout du bassin pour un accouchement physiologique. Ceci afin que le bébé puisse s’engager au mieux dans le bassin et que le sacrum et le coccyx soient mobiles pour l’expulsion.

Je pense que l’ostéopathie devrait faire partie intégrante de la préparation à l’accouchement, pour mettre toutes les chances de son côté du moins ! Deux à trois consultations sont recommandées au cours de la grossesse : vers le 5e mois et en fin de grossesse.

L’acupuncture

La « super » sage-femme des cours de préparation à l’accouchement travaille avec une consœur formée à l’acupuncture. Elle nous avait donc conseillé de la consulter avant l’accouchement pour préparer l’utérus et aider à la maturation du col. Comme j’étais prête à tout pour un accouchement au top, j’ai pris rendez-vous ! La promesse : deux séances vers 38 SA pouvaient déclencher le travail très rapidement. Bon, pour moi ça n’a pas été flagrant, mais d’autres mamans de mon groupe de préparation ont accouché dans les 48 h (c’était leur 2e bébé, c’est peut-être ça qui a fait la différence).

Durant les séances de 30 min, j’avais deux aiguilles sur chaque pied, deux sur chaque mollet, une sur chaque main, une sur le bas ventre et j’étais sous monitoring. Au moins, ça me permettait de vérifier que bébé allait bien !

Voilà ce que j’ai pu tester et approuver pour ma préparation à l’accouchement. Et même si, finalement, il ne s’est pas passé comme je l’aurais espéré, je ne regrette rien, car j’ai tout tenté ! Futures mamans, prenez soin de vous entourer de professionnels spécialisés et à l’écoute. C’est important pour aborder au mieux un accouchement qui, parfois, est bien trop médicalisé et où les sentiments et vœux de la maman ne sont pas toujours pris en compte.

 

Et vous, comment vous êtes-vous préparée ?

 

naissance

© Myriams-Fotos – Pixabay

Vous pourriez aussi aimer

Pas de commentaires

Laisser un commentaire